Psychologue scolaire Val d'Oise

Psychologue scolaire Paris9

Des difficultés à l'école? Des problèmes scolaires? Du décrochage au décollage scolaire

Les solutions à l'échec scolaire

psychologue pontoise problème scolaire, psychologue pontoise orientation scolaire, psychologue école, psychologue scolaire, psychologie scolaire, difficultés scolaires, psychologue pour enfant, psychologue pour adolescent, maternelle, primaire, collège, lycée, enfant hyperactif, enfant surdoué, précocité intellectuel, wisk, test de qi

J’ai l’expérience du vaste champ de la psychologie scolaire car j'ai travaillé comme psychologue dans les écoles de l'enseignent privé (à ce titre je tiens à préciser que je ne suis pas détenteur du titre de psychologue scolaire de l'éducation nationale).

  • Spécialiste des enfants précoces, des enfants hyperactifs et des élèves en échec scolaire (troubles de l'apprentissage, de la concentration et de la motivation).
  • Permanence d’écoute dans collèges et lycées
  • Observation en classe pour les maternelles
  • Aide à l'orientation scolaire et à la construction du projet professionnel
  • Suivi thérapeutique dans une école spécialisée pour enfant (IME) et un soin/étude adolescent
  • Gestion de crises concernant des évènements traumatiques vécus au sein de l’école
  • Passation de tests d’efficience intellectuelle (WISC IV)
  • RDV famille concernant une thématique concrète (divorce, précocité intellectuelle, hyperactivité, violence, troubles de l’apprentissage, orientation scolaire).
  • Travail avec les équipes enseignantes sur l’analyse des pratiques professionnelles et interventions de formation sur les grands thèmes de la psychologie scolaire.
psychologue école, psychologue scolaire, harcèlement à l'école, décrochage scolaire, échec scolaire, psychologue enfant val d'oise, psychologue enfant paris 9

Etre psychologue dans les écoles c'est saisir l'intimité psychique des élèves là où l'on ne l'attend pas forcément : dans le rapport au savoir, dans le rapport au groupe-classe, dans le rapport aux enseignents et ses conséquences sur le travail d'équipe. Disons le tout net : l'école n'est pas un lieu de soin mais d'apprentissage. Et pourtant, force est de constater l'importance jouée par le psychisme des enfants dans les phénomènes d'apprentissage.

J’aime à dire que l’école procure un « effet loupe » : elle grossit les points forts et les fragilités des enfants. Partir de la question scolaire constitue donc un bon point de départ pour aborder un enfant ou un ado dans sa globalité et sa singularité. Car de fait apprendre ce n’est pas seulement mobiliser sa mémoire ou son intelligence, c’est aussi solliciter toute une organisation psychique. Apprendre et comprendre sont bien deux choses distinctes. Le processus d'apprentissage nécessite pour l'élève de s'autoriser à échouer, à combiner, à entrer dans un rapport au temps qui implique incertitude et latence. Ainsi plutôt que de condamner un élève taxé de "décrochage", il s'agit de considérer l'échec scolaire comme un temps de remaniement psychique.

C'est la thèse développée par Serge Boimare qui parle de "la peur d'apprendre" certains troubles sont réveillés par la situation d’apprentissage et pervertissent le sens même de la relation pédagogique. Ces craintes empêchent l'organisation intellectuelle particulière de certains enfants et les poussent à l’évitement de penser pour se protéger. Alors même qu'ils sont intelligents et capables par exemple de grandes compétences arithmétiques lorsqu'il s'agit de compter les points dans le jeu de carte Pokemon!

Une école ce n’est pas d’un côté les élèves et leurs parents et de l’autre l’équipe enseignante. La réussite éducative procède d’une logique globale et c’est précisément le travail du psychologue à l'école que d’être à l’écoute des places de chacun pour que tous puissent s’épanouir. 

Le harcèlement scolaire : définition, compréhension et solution du harcèlement à l'école

De plus en plus de parents arrivent en séance avec leurs enfants au motif du harcèlement scolaire. Le harcèlement à l'école, qui touchent selon les dernières études 10% des collégiens, nécessite une prise en charge psychologique précoce afin que les séquelles soient les moins lourdes possibles. Sentiment de honte, culpabilité, perte de l'estime de soi, le constat est sérieux et peut évoluer vers des troubles graves. Le parodoxe est que les situations effectives de harcèlement ne sont pas toujours aisées à repérer, autant chez les jeunes que chez les adultes.

Les périodes les plus propices à l'harcèlement scolaire se situent en fin d'école primaire et en début de collège. Mais selon l'âge et le sexe, les modalités du harcèlement diffèrent. A noter que depuis quelques années une nouvelle forme de harcèlement a vu le jour : le cyber-harcèlement.

Le harcèlement c'est la violence répétée d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui, soumise, ne peut se défendre.Il se définit comme le rejet d'une différence et la stigmatisation de certaines caractéristiques. Nous sommes donc fondé à parler de harcèlement lorsque les éléments de répétitivité, de violence, et d'isolement de la victime sont réunis.

Si l'enfant harcelé à l'école a évidemment besoin de soutien, il en va de même pour la/les personne(s) qui sont l'auteur du harcèlement. Car cette situation de dominant/dominé implique toujours trois acteurs : la victime, le/les auteur(s) et le/les témoin(s). 

Pour aller plus loin vous pouvez consulter le site très complet du ministère de l'éducation national

En thérapie avec des enfants victimes, témoins ou auteurs de situation de harcèlement, je m'attache à mettre en perspective l'interdit avec l'inter-dit : parler ensemble, en réponse à la loi du silence ou du plus fort, rappeler la loi symbolique qui seule permet le vivre ensemble.

Pour prendre un RDV cliquer ici, Etienne Duménil, psychologue Val d'Oise et Psychologue Paris 9ème.